image accueil 3_edited.jpg

O. B. invite à regarder le monde végétal d’un point de vue peu ordinaire, à même la terre, au pied des arbres. Là, entre réalisme et abstraction, les fouillis de branchages, les enchevêtrements de brindilles et de bois morts dessinent des entrelacs savants et pleins d'un léger mystère ; là, les chardons sépia balancent leurs fragiles silhouettes dans un bleu presque trop tendre.

Car ici, la lumière n'est jamais aveuglante ou frontale. Discrète, transparente, c'est celle des fins de jour et des saisons froides, apportant une douceur diffuse à cette nature qui sans elle pourrait parfois paraître austère sinon hostile.

Et quand l'artiste quitte le dehors pour poser sur la toile des compositions végétales totalement hors sol, on y retrouve cette évanescence lumineuse qui semble émaner de l'œuvre elle-même et qui est pour beaucoup dans l’atmosphère si particulière qui se dégage de l'ensemble.

Pour servir cette inspiration, qui puise toujours aux mêmes sources, la technique se fait multiple, inventive, se jouant des pratiques comme des outils. Gratter, poncer, glacer, recommencer, travailler la matière comme une glaise à mains nues ; faire émerger la composition à coups de pinceau, d’acrylique, mais aussi de plume et d’encre quand ce n’est pas le collage qui s’en mêle… à la manière d’un corps vivant, le travail d’Odile B. se dérobe à l’attendu et suscite sans cesse la surprise..

                                                                                                                 Sabine Bledniak, éditions Alternatives